Talenço-poly

une partie qu’il est temps de finir !

Connaissez-vous le dessous des cartes ?

Le collectif Talence en Transition vous présente le :

Déclinaison locale du jeu connu de tous, le Talençopoly raconte des morceaux de l’histoire de Talence, notre ville gérée par la même équipe de droite depuis plus de trente ans. Chacune des cartes retrace les décisions anti-démocratiques, anti-sociales, anti-écologiques prises par le passé. Chacune des cartes représente ce que nous voulons changer à Talence, que nous pourrons changer avec vous.

Dans ce jeu, vous incarnez le maire de Talence et son équipe : d’abord M. Alain Cazabonne (devenu sénateur) puis M. Emmanuel Sallaberry, maire depuis 2017. Découvrez comment déjouer les mobilisations citoyennes, satisfaire les promoteurs immobiliers et négliger la protection de l’environnement. Naviguez dans les dessous de la gestion municipale, et retracez la grande partie de Talençopoly que la droite joue dans notre ville.

Si vous trouvez que la partie n’a que trop duré,
votez pour changer d’équipe aux élections municipales des 15 et 22 mars 2020 !

Une trentaine d’histoires à parcourir de façon ludique !

Pour faciliter le parcours du plateau sur le site, les différents bords ont été reproduits en miroir par rapport au sens classique de jeu, qui suit le sens horaire (comme dans la version imprimée distribuée par le collectif).

Sur cette page (ou sur le pdf téléchargeable prochainement en cliquant sur l’image suivante), les cases se lisent donc de gauche à droite. Chaque bord est divisé en deux parties, regroupant entre 3 et 5 cartes, mises à la suite.

La plupart des cartes disposent de sources et parfois d’un récit plus détaillé, que vous pouvez lire en cliquant sur les liens présents en bas de carte.

Si vous cherchez les cartes Chance, reportez-vous directement au bas de cette page.

Bonne lecture !

(Le plateau de jeu et les cartes seront bientôt téléchargeables en version pdf)

Qui aurait cru que le jeune conseiller municipal élu en 1983 irait si loin ? Vous cumulez d’abord votre mandat communal avec ceux de conseillers général puis régional, et même les trois en même temps pendant 7 ans, avant de devenir maire de Talence pendant 24 ans, sous l’étiquette UDF puis Modem.

En 2017, vous profitez des démissions d’autres maires suite à la loi sur le non-cumul pour devenir sénateur.

Vous confiez alors la mairie à votre adjoint aux finances, tout en restant conseiller municipal et communautaire. Trois ans plus tard, vous êtes encore candidat sur sa liste, à l’âge de 75 ans : lorsqu’on est un professionnel de la politique, à quoi sert la retraite ?

Vous projetez un grand axe routier reliant la mairie à la Médoquine, accompagné de quelques opérations immobilières. Seul hic, cette opération suppose de détruire l’école Joliot-Curie, bâtiment patrimonial en pierre, première école laïque construite à Talence en 1881.

Vous n’aviez pas imaginé que l’opposition serait si virulente, donnant naissance au mouvement citoyen CoorCiTal qui perdure encore aujourd’hui. Au final, vous laissez tomber.

Des cyclistes, dont Monique de Marco, embarquent dans le train à la Gare de Mérignac Caudéran et tirent le signal d’alarme à la gare de la Médoquine, fermée depuis 1949.

Geste symbolique exigeant la réouverture de cette gare et la création de billets combinés bus-rail, la liaison à des pistes cyclables.

Vous ignorez superbement !

Vous multipliez les aménagements cyclables inadaptés. Cours Gambetta, Avenue de la Libération, ronds-points, la plupart sont vraiment mal fichus et mal entretenus. Entre les pistes étroites, les contre-sens cyclables acrobatiques, les jonctions manquantes et les points noirs d’insécurité, vous avez un peu raté le truc.

Dans le dernier « baromètre des villes cyclables » de la FUB*, Talence peine à avoir la moyenne. Surtout, maintenez le cap, vous avez des automobilistes à contenter – les cyclistes et le climat attendront.

*Fédération des Usagers de la Bicyclette

Vous faites face à une forte revendication pour la démocratie participative : des citoyens créent des conseils de quartiers pour pallier vos manquements. Vous préférez instaurer des Conseils communaux, présidé par un élu de votre majorité – pour une participation tout en contrôle.

Mise à jour 2020

Les initiatives citoyennes se multiplient pour pallier vos politiques insuffisantes ? Instaurer une façade de budget participatif et utilisez la participation citoyenne pour faire des dépenses que la municipalité aurait dû elle-même porter (comme des toilettes publiques en centre-ville).

Le directeur sportif de l’UST Tennis se fait surprendre par les adhérents pour ce qui se présente comme un abus de confiance caractérisé (1).

Pour étouffer l’affaire, vous empêchez l’ensemble des adhérents d’accéder aux terrains de tennis en supprimant la convention d’accès. Dans la foulée, vous signez une nouvelle convention avec une association créée de toutes pièces, le Tennis Club Talençais. La subvention a même été votée avant la création officielle du club…

(1) : confirmé par la justice 6 ans plus tard

La voiture, y a que ça de vrai !

Pourquoi pas un pont routier qui permettrait aux habitants de la Médoquine de se rendre en voiture à la mairie ? Les voitures pourraient directement rallier le centre-ville pour l’animer !

Malheureusement les citoyens s’opposent à ce grandiose trajet voiture. Vous criez victoire en acceptant de construire la passerelle pour piétons et vélos tant attendue.

Toucher à un Espace Boisé à Conserver est un sujet sensible mais ce n’est qu’une question d’équilibre. Déclassez-en une partie pour le céder aux promoteurs et conservez l’autre pour neutraliser les opposants systématiques au progrès du béton. Vous appliquez cette méthode au bois Gentil, de la rue Lafitte.

Vous pouvez aussi protéger seulement les arbres remarquables – ce qui permet de construire entre les arbres, comme dans la rue de la Médoquine.  Malheureusement les riverains et associations s’y opposent. Du coup, vous concevez le rachat de la totalité et laissez traîner.

Au parc Sourreilh, vous acceptez de conserver le parc mais vous cédez aux promoteurs une partie du terrain, pour « soulager le coût ».

En 2006, la Lyonnaise des Eaux est contrainte de rendre plus de 300 millions € à la Communauté Urbaine de Bordeaux (intercommunalité en place avant la création de Bordeaux Métropole en 2016) et aux usagers : les profits du concessionnaire était largement excessifs.

Malgré cela, vous et vos homologues communautaires lui renouvelez votre confiance en 2014 et prolongez la concession (malgré une rentabilité toujours contestée).

Sources :

Dans le quartier d’habitat social de Raba, la salle de sport Couzinet brûle. Après avoir touché l’assurance (2,2 millions €), vous vendez le terrain au groupe Pichet sans appel à concurrence, avec en prime une petite résidence rue Racine, pour un total de 234 logements.

Inutile de solliciter les habitants sur les services publics et écoles, vous les consultez seulement sur l’installation de balançoires dans un square.

La mobilisation citoyenne s’accentue lors de la fermeture du guichet de la SNCF. De plus un projet montre l’importance stratégique de la gare ainsi que la faisabilité à brève échéance et pour un coût faible, d’un pôle d’échange avec arrêt des TER à la gare de la Médoquine. Vous ignorez superbement !

Un équipement de proximité, c’est un coût. Mais attention à la suppression pure et simple ! Vous prévoyez de remplacer la Bibliothèque Gambetta par un « point prêt » dans la résidence pour personnes âgées proche, prévoyant de constater sa future inutilité.

Mais la ficelle était un peu grosse : suite à des manifestations citoyennes, vous êtes contraint de sauver la bibliothèque. Réduisez tout même ses heures d’ouverture au passage.

L’affaire du club de tennis vous donne de l’inspiration.

Vous avez un ami dont le fils est champion de natation. Quoi de mieux pour faire leur plaisir que de créer une nouvelle association sportive de natation, le Cercle des Nageurs Talençais, qui aura le père pour président et le fils pour directeur. Quant à l’ancien club, l’UST Natation, les dirigeants ayant refusé de le dissoudre, vous les privez d’accès aux installations.

Ils n’ont qu’à nager sans piscine !

La prairie Bel Air est un espace naturel unique d’un hectare au milieu de Talence. Pourquoi ne pas la vendre au plus offrant ? Vous vendez à un EHPAD privé les trois quarts de la surface.

Face aux réactions des habitants, vous ne cédez finalement que la moitié et tolérez des jardins partagés sur l’autre – après avoir détruit ceux qui existaient.

Annoncez en grande pompe une nouvelle école de musique, avec un auditorium, une salle polyvalente et des locaux pour l’enseignement. Choisissez un projet « ambitieux » : construire au-dessus du parking du cinéma, un bâtiment de 3160 m² pour une enveloppe prévisionnelle de 6,7 millions d’€ (valeur 2016).

Vous financez toutes les études mais le projet se révèle impossible – 2,2 millions d’€ investis pour rien. Continuez de réfléchir, et en même temps, laissez détruire la salle de la Médoquine, qui aurait pu être réutilisée.

La société Aquitaine Promotion a construit 158 logements avec un nombre de places de stationnement insuffisant, en violation du permis de construire qui prévoyait la réalisation d’une résidence de 67 « suites ». Surtout ne réagissez pas suite aux plaintes !

Vous poursuivez votre soutien au projet et attendez le jugement du Tribunal Correctionnel qui se prononcera prochainement (audience prévue le 16 mars 2020… sauf report éventuel).

La Communauté Urbaine de Bordeaux (ex-intercommunalité avant la création de Bordeaux Métropole en 2016) possède les terrains de l’îlot Peybouquey, gelés depuis plusieurs années pour le futur aménagement de la gare de la Médoquine. Mais pourquoi respecter ce projet à long terme en faveur des transports en commun, demandé par une mobilisation grandissante ?

Vous choisissez plutôt de compliquer le projet sans vous y opposer ouvertement, en autorisant la vente de ces terrains initialement réservés pour la gare à des promoteurs immobiliers.

Vous achetez le jardin d’enfants « Les bons petits diables », place Wilson soit 1312 m², géré par une structure associative depuis 30 ans. Vous dispersez façon puzzle les petits occupants (39 places). Vous vendez le terrain 500 000€ pour un pôle médical privé qui n’a jamais vu le jour : depuis 7 ans, rien n’a bougé, sauf les enfants !

Créer de l’emploi pour ses amis, c’est essentiel. Ainsi vous autorisez un jeune entrepreneur à créer un parcours d’accro-branche dans le bois classé de Thouars. Coup de chance, le projet reste juste au-dessous des 2 hectares (qui auraient nécessité un permis d’aménagement). Des arbres sont coupés, des troncs en bonne santé sont entaillés. Quant à la faune, ne vous préoccupez pas de l’impact et ne réalisez aucune étude. Ce jeune montre qu’il en veut : il devient attaché parlementaire du sénateur Alain Cazabonne. 

Mise à jour 2020

Vous prenez cet homme aux multiples casquettes sur votre liste aux élections municipales. Le mérite, le mérite, le mérite !

Après un quart de siècle à la tête de Talence, Alain Cazabonne mérite bien d’aller pantoufler au Palais du Luxembourg. Il rejoint le Sénat et vous confie la mairie : quoi de mieux pour rester aux manettes avec son équipe que de désigner un nouveau-venu.

La résidence pour personnes âgées Pressensé et ses 33 logements à loyers modérés profitent d’un cadre de vie agréable, à proximité des services publics et des transports près de la barrière Saint Genès.

Pour mieux « valoriser » ce foncier sous-exploité, vous délocalisez les personnes âgées dans le quartier Bel Air, loin des commerces et des services.

Vous cherchez les financements pour votre projet d’école de danse et de musique au-dessus d’un parking. Pourquoi ne pas vendre la Médoquine, la seule salle de concert de la ville ? Profitez-en pour faire disparaitre rue Redeuil les terrains de sport et le parking voisins. Vous pouvez ainsi vendre presque un hectare de terrain pour 10 millions €.

Une somme désormais inexploitée puisque votre projet de salle tombe à l’eau. Mais vous aurez tout de même réussi à densifier un quartier dont les écoles et le collège sont déjà saturés.

200 personnes d’origine étrangère, toutes demandeurs d’asile, dont de nombreuses familles, squattent le château Lamartine. Des locaux que l’Université de Bordeaux tente en vain de valoriser. Vous ne bougez pas, la situation finira forcément par dégénérer.

Par contre, vous veillez à ce que l’État réalise une remise à la rue « humanitaire » et, à défaut de rechercher les solutions de réhébergements pérennes, vous distribuez quelques sandwichs et accordez quelques nuités d’hôtel aux familles. En toute modestie évidemment.

Attention ! A l’insu de votre plein gré, vous pouvez vendre du matériel à votre mairie.

Désormais sénateur mais toujours conseiller municipal, vous êtes condamné par le Tribunal Correctionnel de Bordeaux pour prise illégale d’intérêt.

Précisons pour votre défense que vous ne saviez pas que vous étiez actionnaire de cette entreprise, tout comme votre frère.

Depuis longtemps, votre prédécesseur subventionne largement l’École Talençais de Sports Motorisés. Vous choisissez de continuer à verser 40 000 € de subvention par an, pour une école qui facture 31 € l’heure d’initiation moto.

C’est 100 fois plus que la subvention de 400€ par an accordée à VéloCité, association de soutien au vélo. Les moteurs qui polluent, y a que ça de vrai !

La mobilisation pour la réanimation de la gare s’amplifie : pétitions, manifestations… la Région et la SNCF se rendent enfin à l’évidence : la Médoquine doit être réouverte. En mal de projets, vous vous attribuez l’idée, vous faites comme si vous en étiez l’inventeur, et reprenez à votre compte cette « victoire ».

Pourtant, dans le projet actuel, seuls quelques trains de la ligne du Médoc s’arrêteront en 2023 et la gare restera sous-utilisée.

Le bois de Thouars est un véritable poumon vert, qu’il est important de protéger « officiellement ». Le passage d’une route, l’abattage d’arbres par le lycée hôtelier, la création d’un immense parking par l’IRTS, la création d’une salle d’athlétisme ne sont que… tout au plus quelques grignotages. Les derniers d’une longue série à découvrir en ligne.

Vous assistez passivement au projet de fusion des services de l’Hôpital Robert Picqué avec ceux de la clinique Bagatelle sur le terrain de cette dernière.

Pour le financer, pourquoi ne pas faciliter la vente à des promoteurs de la partie du terrain située le long de la route de Toulouse ? Peu importe si le quartier ne pourra pas absorber la circulation supplémentaire créée par les 220 nouveaux logements et bureaux, les patients et les salariés de la clinique.

Vous participez à la modification du Plan Local d’Urbanisme, pour permettre l’élévation à 22 m, soit 7 étages, et l’abattage des arbres.

En tant qu’adjoint aux finances, augmentez les impôts locaux. Ensuite, devenu maire, faites-les baisser légèrement. N’oubliez pas de le souligner dans votre bilan et d’en faire un argument de campagne !

Membre de la majorité de droite à la Métropole, vous acceptez la vice-présidence en charge des finances. Vous cautionnez ainsi toutes les erreurs de gestion du groupe Communauté d’Avenir regroupant des élus Les Républicains, MoDem, UDI, Parti Radical, En Marche et Divers droite.

Vous refusez ainsi l’encadrement des loyers, soutenez la prolongation des tramways vers Gradignan et St-Médard-en-Jalles et participez aux choix « obsolètes et incohérents » de la Métropole en terme de déplacements (selon l’Autorité environnementale).

Après deux ans de pré-campagne, vous décidez de partir pour ces élections municipales avec 13 de vos adjoints actuels (sur 16) et 9 conseillers municipaux de votre majorité.

Dont votre prédécesseur et mentor Alain Cazabonne ainsi que ses deux attachés parlementaires. Vous avez l’habitude de travailler avec les élus Les Républicains, Modem et UDI… Accueillez désormais le parti présidentiel La République en Marche.

Mais attention, vous menez une liste « sans étiquette » : répétez-le sans cesse.

Enfin une chance pour Talence !

 

Vous cherchez les cartes Chance ? Une joyeuse coalition réunissant toute la gauche, les écologistes et les citoyens veut changer les choses. Ne laissez pas passer votre chance et faites entrer Talence en transition ! Retrouvez toutes nos propositions par thématique en cliquant sur les cartes ci-dessous et découvrez nos candidat·e·s sur cette page.