Révélons la ville universitaire

réveillOns la vie Talençaise

Talence est une ville universitaire qui s’ignore

Pourtant les chiffres parlent d’eux-mêmes : sur les 42.000 habitant·e·s (INSEE, 2016) plus de 9.000 sont des étudiant·e·s. Plusieurs milliers de Talençais·e·s travaillent dans les établissements de l’enseignement supérieur de la recherche et on peut estimer que près d’1 adulte sur 3 est directement impliqué·e par l’université (au sens large) – sans compter les retombées indirectes.

Depuis des décennies, la majorité municipale tourne le dos au campus et ignore les attentes de cette population universitaire, réduisant Talence à un espace de transit entre le campus et Bordeaux. Notre projet vise à organiser la transition vers une ville universitaire qui s’assume en tant que telle, en connectant la commune avec le campus universitaire de façon à co-construire des relations mutuelles qui bénéficient à toutes les parties. Il ne s’agit pas seulement de faire du campus un « nouveau quartier » de Talence, mais d’irriguer l’ensemble de la commune par la présence de la communauté universitaire.

Pour cela nous formulons les propositions suivantes :

Engager un partenariat permanent avec les établissements universitaires

 

Pour coopérer sur les enjeux partagés et reconnecter la commune avec le campus, il est indispensable que la Municipalité échange régulièrement avec les acteurs universitaires présents sur le campus : universités, établissements de recherche (CNRS, INRIA), écoles (INPB, Sciences Po, ENSAP, KEDGE), lycées (sections BTS), IRTS, CROUS. Nous proposerons donc de :

Mettre en place une instance permanente de coopération avec les partenaires universitaires

La commune proposera aux différents partenaires universitaires de mettre en place une « conférence consultative ». Cette conférence sera un lieu de réflexion collective sur les différents enjeux qui associent le campus TPG à la commune, notamment pour mettre en oeuvre les propositions explicitées ci-après.

Intégrer le campus dans la vie urbaine de Talence

 

Le campus Talence-Pessac-Gradignan regroupe quelques 65.000 personnes (étudiant.e.s, personnels), son aménagement impacte la vie de tou.te.s les Talençais.e.s. Une démarche commune est nécessaire pour construire ensemble un futur partagé.

La Municipalité doit être force de proposition dans les aménagements envisagés, notamment dans le cadre de l’OIM Bordeaux Inno Campus.

Notre projet d’une ville résiliente, désirable à taille limitée vise à faire de Talence une ville verte, ce qui doit intégrer le campus, l’un des poumons verts de la métropole. Les conditions d’un usage partagé avec les Talençais·e·s doivent être définies.

Sur le campus, il s’agit aussi de favoriser la mixité sociale des habitant·e·s à ses abords et sur son territoire en stoppant l’urbanisme spéculateur que la majorité municipale actuelle a favorisé.

Diversifier et améliorer l’offre de mobilité vers le campus

Parmi les propositions d’ensemble relatives aux Déplacements, plusieurs concernent directement le campus :

> Créer de vraies continuité cyclables entre le centre-ville de Bordeaux et le campus

> Desservir enfin réellement la Gare de la Médoquine qui doit devenir un pôle multi-modal et un pôle d’activités

> Améliorer les fréquences des lianes 8 et 10 et proposer des navettes électriques transversales dans les quartiers de Talence.

> Faire de la future ligne E un axe structurant reliant Pellegrin, la Médoquine, Arts et Métiers, Thouars, Bègles et Gradignan. Elle permettra de rejoindre Pellegrin ou Arts et Métiers depuis la gare de la Médoquine en quelques minutes.

Élaborer une centralité de vie étudiante autour d’Arts et Métiers

> Créer un quartier étudiant vivant et permettre à tout.e.s de se retrouver ailleurs qu’au Forum, la Victoire ou St Mich’

> Soutenir les initiatives portées par les associations et collectifs étudiants en mettant à leur disposition des espaces pour une durée limitée.

> Concevoir des lieux adaptables, plus ou moins éphémères, pour favoriser l’accès à la culture, la vie sociale et autres usages partagés.

Engager la ville sur la vie étudiante

 

Alors que les étudiant·e·s représentent 1 habitant·e sur 5, la Municipalité actuelle les oublie totalement. Elles/ils· sont des citoyen·ne·s à part entière de la commune et cette question ne peut être laissée aux seules œuvres sociales universitaires (CROUS) ou aux établissements, d’autant qu’un jeune sur 3 vit sous le seuil de pauvreté.

Alors que les étudiant·e·s représentent 1 habitant·e sur 5, la Municipalité actuelle les oublie totalement. Elles/ils· sont des citoyen·ne·s à part entière de la commune et cette question ne peut être laissée aux seules œuvres sociales universitaires (CROUS) ou aux établissements, d’autant qu’un jeune sur 3 vit sous le seuil de pauvreté.

Participer activement à la lutte contre la précarité étudiante et les discriminations

> Permettre l’accès à une nourriture qualité par les circuits courts et les épiceries sociales et solidaires.

> Renforcer la tarification solidaire pour les – de 30 ans et expérimenter la gratuité des transports en commun les jeudis, vendredis et samedi soir, tout en développant l’offre de transport la nuit.

> Encadrer les loyers et en soutenir la rénovation thermique du parc immobilier.

> Développer et diversifier l’offre de logement pour les jeunes (habitats alternatifs, logement social).

> Favoriser le recrutement des étudiant·e·s dans les emplois gérés par la collectivité sur des postes en temps partiel adaptés au suivi de leurs études,

> Renforcer la vie sociale en soutenant l’installation ou le développement de lieux accessibles à tou·te·s.

Réveiller la vie sociale et nocturne étudiante sur Talence

> Renforcer l’offre culturelle sur Talence que ce soit dans des théâtres et des cinémas ou dans des bars, cafés, et des lieux de danse et de musique…

> Proposer des locaux publics à proximité du campus à des associations, collectifs et coopératives étudiantes, notamment autour de l’arrêt Arts et Métiers.

> Dans ce cadre, le débat sur l’extinction systématique de l’éclairage public doit être réouvert en prenant en compte la lutte contre les agressions sexuelles et, plus largement, le sexisme.

> Favoriser l’émergence d’une vie nocturne sur Talence : sur le modèle de Paris et de Londres, nous proposons l’élection d’un·e maire de la nuit talençaise (voire même de la nuit métropolitaine).

Mettre en place un Conseil municipal des jeunes lycéen·ne·s et étudiant·e·s

Pour aider l’équipe municipale à prendre des décisions utiles pour cette population, un conseil municipal des jeunes – associant lycéen·ne·s et étudiant·e·s – sera force de proposition et d’évaluation pour préparer ces décisions.

Ce Conseil serait doté d’un budget propre et sera partie prenante dans la gestion des outils et politiques municipales orientés vers le campus .

Mieux tirer parti du potentiel scientifique

 

Pour une vraie coopération entre la ville et le campus

Talence doit organiser de façon plus efficace ses relations avec le monde universitaire pour bénéficier des retombées offertes par cette forte présence scientifique. Il s’agit de dépasser les opérations ponctuelles, en réponse aux sollicitations des universités pour devenir force de proposition et élaborer une démarche globale en partenariat avec le monde universitaire et ses institutions (établissements, laboratoires, etc.).

Élaborer avec la communauté universitaire une démarche partagée de médiation scientifique avec les Talençais·e·s

> Renforcer la transmission des savoirs, le partage des outils et des ressources scientifique

> Multiplier les lieux d’animation scientifique dans les établissements scolaires et dans les quartiers de Talence.

> Permettre la création d’une  université populaire sur les enjeux environnementaux et le développement durable.

Impliquer la communauté universitaire dans l’élaboration des politiques municipales, leur suivi et leur évaluation

> Tirer parti de la proximité de la communauté universitaire pour réfléchir ensemble sur les différents aspects de la politique de la municipalité.

> Offrir aux étudiant·e·s un terrain de formation et aux chercheuse/eur·s un terrain de recherche, notamment sur les différents aspects de la transition.

> Favoriser le développement de nouvelles méthodes des sciences participatives en associant les citoyen·ne·s aux recherches.

Engager des animations régulières avec les étudiant·e·s et chercheur·e·s étranger·e·s en vue d’ouvrir Talence sur le monde et les cultures

> Intégrer les étudiant·e·s et chercheur·e.s étrangèr·e·s pour découvrir d’autres horizons.

> Mettre en place des manifestations culturelles, scolaires et universitaires internationales.

Ces propositions ont été élaborées par le Groupe de Travail Campus. Vous pouvez retrouver le texte détaillé, adopté par l’Assemblée Générale du collectif en décembre 2019 : ce document est téléchargeable en cliquant ici.