Soutenir l’économie de la transition

Redynamiser l’activité et l’emploi

Le développement économique n’est pas une compétence municipale, mais la Ville peut tout de même mener des actions économiques : mise à disposition de locaux, aide aux associations, utilisation de services par la Mairie, accompagnement, animation (par exemple avec le Groupement des Entreprises de Talence). Nous voulons orienter résolument ces actions vers la transition écologique et sociale avec les propositions suivantes :

La Mairie doit donner l’exemple

 

Montrer l’exemple avec une politique ambitieuse et responsable pour les marchés et achats publics de la municipalité, en incluant des dispositions sociales, environnementales et en privilégiant des solutions locales. Les critères de choix seront affichés de manière transparente. La Mairie utilisera des outils comme la division des commandes en plusieurs lots, pour faciliter la réponse de petites entreprises, ou la variante pour permettre l’innovation.

Avoir recours autant que possible au financement éthique et solidaire pour les projets communaux, afin de ne pas participer au modèle financier dominant qui finance encore largement les énergies fossiles.

Favoriser le développement d’activités nouvelles

 

> Multiplier les pôles d’activités mixtes répartis sur le territoire de la commune pour regrouper les services, artisans, scientifiques ou artistes. Ces pôles permettraient de soutenir des entreprises existantes souhaitant mutualiser des besoins, d’encourager la création d’emplois orientée vers la transition, et de faciliter les interactions avec le campus universitaire.

> Soutenir l’économie sociale et solidaire, créatrice d’emplois, notamment l’émergence d’initiatives autour de la transition énergétique, de la neutralité carbone et du zéro déchet.

> Favoriser la montée en compétences des porteurs de projets et entrepreneurs, particulièrement dans l’installation, l’exploitation et la maintenance des énergies renouvelables.

> Privilégier les commerces de proximité qui animent la vie des quartiers, et les services coopératifs locaux, notamment les circuits courts de type AMAP, SEL, monnaie locale (MIEL). Des coopérations intercommunales seront mises en place avec des territoires ruraux pour développer ensemble des filières agricoles viables et distribuées au plus près de leur production.

> Renforcer la lutte contre l’obsolescence programmée (RepairCafé, Ressourcerie, Bricothèque).

> Encourager la logistique urbaine s’appuyant sur des transports doux.

Ces propositions ont été élaborées par le Groupe de Travail Economie. Vous pouvez retrouver le texte détaillé, adopté par l’Assemblée Générale du collectif en janvier 2020 : ce document est téléchargeable en cliquant ici.