Moins vite, plus fluide, la ville apaisée

Nos déplacements en transitions

Aujourd’hui la voiture représente la moitié des déplacements dans la ville et la métropole, elle détermine principalement l’usage de la rue. La ville est trop souvent congestionnée, augmentant la durée des trajets et mettant en danger la santé des habitant-es à cause de la pollution de l’air. Nous voulons une ville fluide, vivante et saine où la marche, le vélo et les transports en commun constituent les meilleures façons de se déplacer.

Pour y parvenir, redonnons de la place à tous sur la voie publique, offrons des solutions de mobilité alternative crédibles et séduisantes, rendons moins bruyante,  plus sécurisée la vie dans nos quartiers et verdissons nos rues. Demain, nous ferons alors nos déplacements dans un environnement plus sain et agréable.

Pour cela, nous formulons les propositions suivantes :

Faciliter la marche

 

Nous sommes d’abord des piétons et des usagers des trottoirs ! Nous souhaitons rendre la marche plus facile et agréable par un réaménagement de l’espace public, en concertation avec les habitant·e·s, en accordant une attention particulière aux besoins des personnes à mobilité réduite.

Aménager pour accompagner

Signaler les temps de déplacement à pieds. Jalonner les parcours de bancs, fontaines d’eau potable, toilettes et des passages piétons optimisés. Arborer l’espace, créer des espaces convivaux

Créer des avenues-parcs, véritables coulées vertes piétonnes.

Relier la rue Bourgès et la rue Lamartine, verdir la liaison entre les quartiers Nord et Forum en passant par l’avenue Sainte Marie.

Libérer de l’espace sur les trottoirs.

Limiter les conflits entre piétons et poubelles. Avec l’aide des habitants, ajouter des containers et délimiter des zones collectives en retrait.

Penser à tou·te·s

Développer des parcours adaptés aux personnes à mobilité réduite reliant les structures d’accueil aux moyens de transport, services publics et lieux de vie de la commune.

Apaiser les quartier

Étendre progressivement les zones de rencontre où la vitesse de circulation est limitée à 20 km/h.

Plan des avenues-parcs et des services publics

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Promouvoir le vélo et les mobilités alternatives

 

Le vélo et les autres mobilités alternatives sur roues (trottinette, skate, roller…) sont utilisées dans moins de 15% des déplacements, même si leur popularité augmente. Ces modes de déplacement sont adaptés aux trajets du quotidien, occupent relativement peu l’espace public et sont peu polluants. Notre objectif est d’augmenter leur part à 30%.

Rouler

> Créer des pistes cyclables séparées des autres voies plutôt que des bandes.

> Lorsque la voie est trop étroite, aménager la rue pour que le vélo régule la vitesse de la voie.

> Aménager des continuités et sécuriser les carrefours.

> Créer de nouveaux axes : de la Poste à la route de Toulouse, du campus à Bègles, du quartier Nord au campus.

> Étudier un sens unique sur le cours de la Libération entre Peixotto et l’avenue de l’université.

> Au niveau métropolitain,  intégrer un couloir réservé au vélo sur les boulevards.

Ci-dessous nos propositions fin avril à la suite du confinement.

Informer et s’équiper

> Accompagner l’usage du vélo en encourageant les associations promouvant les mobilités alternatives, les ateliers de réparation et d’échange de vélo sur le territoire talençais.

> Soutenir les initiatives de vélo-bus et de location de vélo.

> Renforcer les campagnes d’information et de promotion auprès des écoles et des entreprises, accompagner à l’apprentissage de la conduite du vélo en ville pour les enfants et adultes.

Se garer

>Installer davantage de stationnements vélos de courte durée et des garages fermés sécurisés dont certains proches des stations de tramway.

> Encadrer et accompagner le stationnement des trottinettes.

Les transports en commun : pratique pour tous

 

Un des objectifs est de rendre plus accessibles les transports en commun que cela soit par une meilleure offre de services ou une tarification adaptée.

Nous devons aussi mieux prendre en compte l’évolution des demandes des utilisateurs et faire appel à davantage de concertation.

Transport en commun : en transition vers la gratuité

> Mettre systématiquement et rapidement en place les transports gratuits lors des pics de pollution et des épisodes caniculaires.

> Expérimenter la gratuité certains jours (jeudi soir, week-end) et la mettre en place pour certains publics, notamment les enfants mineurs et les usagers les plus démunis.

> Améliorer la tarification sociale et sa promotion, ainsi que l’accès aux droits via le CCAS.

Renforcer l’accès de tou-te-s aux transports en commun

> Promouvoir l’extension de la ligne E de la cité administrative à la gare de Bègles desservie par un transport en commun sobre en site propre.

> Demander un renforcement des fréquences de bus sur les lianes 8 et 10.

> Mettre en place des navettes municipales gratuites pour mieux desservir les quartiers (ex : Route de Toulouse – Haut-Brion, quartier de Thouars) ainsi qu’un service de transport à la demande notamment pour les personnes âgées de la résidence Bel Air.

> Etudier le passage à une régie métropolitaine des transports au terme du contrat avec Keolis.

Une vraie ambition pour la gare de la Médoquine

Nous souhaitons accélérer la mise en œuvre d’un réseau ferroviaire Express girondin, en utilisant les voies ferrées actuelles. La gare de la Médoquine sera enfin réouverte en 2023, une mesure pour laquelle certaines membres de Talence en Transition se battent depuis plus de 30 ans.

Elle devra avoir une desserte fréquente par les trains et devenir un vrai pôle multimodal avec la ligne E, un accès facilité pour les piétons et vélos.
Elle pourrait devenir un pôle de vie accueillant en offrant un parking à vélos sécurisé, un atelier de réparation, et une réutilisation des locaux vacants pour un lieu culturel/associatif, des commerces ou encore un guichet délocalisé pour les services publics.

Et pour les automobilistes

 

La voiture absorbe plus de 70% espace public sur la voirie tout en représentant 61 % des déplacements dans la métropole. 56% des déplacements en voiture sont réalisées sur une distance inférieure à 4 km. Nous avons la responsabilité de rééquilibrer l’usage de la voie publique en affectant au moins 50% de l’espace public aux modes actifs et aux transports en commun : trottoirs, pistes cyclables, sites propres.

Le stationnement

> Créer davantage de parkings de stockage pour libérer l’espace dans les rues.

La fluidité

> Soutenir le développement du covoiturage avec des aires proches des transports en commun et la création d’un site de mise en relation pour les trajets du quotidien.

La transition

 

> Limiter la vitesse et mettre en place des zones de rencontre à 20 km/h.

> Expérimenter un dimanche sans voiture en centre-ville.

> Fermer certaines voies autour des écoles à l’automobile à l’heure de début et de fin de la vie scolaire.

A l’échelle de la métropole

 

L’étalement urbain et la concentration des activités ont imposé aux usagers de parcourir de grandes distances de façon quotidienne. Il y a urgence à répondre à ce défi dont le réseau ferré et la multimodalité est une réponse.

Au niveau métropolitain, nous soutiendrons les initiatives visant à améliorer l’intermodalité comme la création de la prochaine ligne TCHNS passant par la gare de la Médoquine à laquelle nous demanderons l’extension jusqu’à la cité administrative et la gare de Bègles. De plus, nous souhaitons un syndicat mixte des mobilités métropolitaines à accorder avec celle de la région pour améliorer la billettique, les tarifs et les correspondances.

L’urgence environnementale et climatique appelle à changer nos comportements et à nous déplacer différemment.

Repenser les déplacements pour une meilleure qualité de vie est une urgence, c’est aussi un challenge car il faut changer les habitudes collectives et individuelles. Les alternatives au « tout voiture » permettent de réaliser des économies mais aussi d’améliorer le cadre de vie des habitants. Pour cela elles doivent être attractives, performantes, sûres, accessibles et adaptées à tous. Comme pour tout changement d’habitude et de comportement, il faudra en amont, impliquer les usagers par la sensibilisation et la concertation.

Ces propositions ont été élaborées par le Groupe de Travail Déplacements. Vous pouvez retrouver le texte détaillé, adopté par l’Assemblée Générale du collectif en décembre 2019 : ce document est téléchargeable en cliquant ici.